Adaptécheune

  • Posté le : 05/09/2007 - 10:20
  • par : Yann

Les Québécois sont célèbres dans le monde entier pour leur opiniâtreté à défendre la pureté de la langue française contre l'invasion des anglicismes tous plus ou moins barbares. Un fait moins connu est que la plupart d'entre eux énoncent les mots anglais qui ont passé le filtre avec une prononciation et un accent si fidèles à la langue originelle que l'on pourrait soudain les croire débarqués directement d'Oxford (ou d'Austin, diront les mauvaises langues). Face à une telle rigueur linguistique, le Français moyen qui organise des séances de brènestorminngue dans le département marquétinngue avant d'emmener ses enfants voir les animaux au zauhau ne peut que mourir de honte devant sa propre incapacité à articuler correctement les termes qu'il emprunte aux autres langues.

Conscient de cette différence fondamentale entre nos deux cultures et souhaitant m'éviter les quolibets que ne manquent pas de faire subir certains Québécois aux Français ne maîtrisant pas la langue de Jack l'éventreur, je me suis appliqué à teinter chacun des mots anglais que j'utilise d'une couleur purement british propre à dissuader toute velléité de moquerie.

Cette bonne résolution m'a parfois conduit à commettre quelques bourdes. J'ai par exemple parlé pendant plusieurs semaines du magasin d'accessoires électroniques "soueusse", avant de remarquer qu'il s'appelait en fait "La source", et que c'est la prononciation française qui s'imposait.

À force de pratique, cette vigilance verbale permanente est cependant devenue une second nature. Je me suis même surpris à réfréner un smile narquois lorsqu'un formateur français en visite à ma job a prononcé à maintes reprises "brousseur" le mot "browser". Mes colleagues québécois reprenaient d'ailleurs ce term avec le même prononciation sans que je know vraiment s'ils faisaient du fun de lui ou s'ils essayaient sincerly de s'adapter à son language.

Malgré l'intellectuelle discipline qu'a nécessité la pronunciation english des words, je suis finalement satisfied du result. Aucun Québécois ne m'a jamais fait de reflexion ironique about my kind of speaking.

Ce sont mes friends français qui se moquent de moi at the phone en me disant qu'ils me trouvent très aware.

Commentaires

hi hi hi L'art de vivre entre deux identités ! En France tu es un Canadien et ici, tu es un M... Français ? ;)

Tes amis fwançais ne peuwent pas comprenre, ce n'est pas wrave! Je souis sour que tu as very good british accent.
Let's speak English tonight at YulBlog!

How'dy pal!

La prochaine qu'un Québecois t'écoeure sur les anglicismes employés par les Français, demandes-lui de parler de son automobile. Ça devrait lui fermer le clapet bon un p'tit moment. C'est juste qu'on utilise pas les anglicismes pour les mêmes chose.

About the english accent, the French Canadian is much like a New Englander than a real Southerner.

Pour l'accent d'Austin, tu le retrouveras en écoutant du NASCAR, la série BUSCH ou NEXTEL (qui est beaucoup plus intéressant que de la F1 selon moi...)

Say hello to your Ma'am

Nice to do yer acquaintance!

Américainement vôtre,

Oui ils me font beaucoup rire les Québécois qui trouvent que les Français utilisent plein de mots anglais, et qui juste derrière de parlent d'aller dans un lounge ou un party boire des drinks et avoir du fun...

Pour l'accent c'est vrai que si on leur dit les mots anglais avec l'accent français ils comprennent pas, mais le problème, c'est bien les maudits Français qui se moquent si on les dit correctement, un comble, à croire qu'il faut être fier de mal parler anglais ?!

Les Français, on n'a pas un accent terrible lorsqu'on parle anglais mais je crois que ce n'est pas mieux chez les autres immigrants (Indiens,arabes, latinos, italiens, etc). Donc, on se soulage comme on peut.

D'ailleurs, j'appelle souvent à Toronto dans mon job et je tombe souvent sur des immigrants dont je ne comprends pas bien l'anglais.

La première fois que j'ai capté ce problème, c'est quand j'ai parlé de tupperware pour je ne sais plus quelle raison pendant le diner. Personne n'a compris jusqu'a temps que je comprenne et que je le prononce bien... Ça marche aussi avec spiderman ;-)

Oui, enfin les seuls mots étrangers que les Québécois prononcent « correctement », ce sont les mots anglais. Les mots italiens, espagnols ou allemands sont prononcés à la française, ce qui montre que c'est la façon normale de faire. Seul l'anglais a droit à un traitement de faveur.

+1 pour coco le sam. Ils ne connaissent la prononciation de l'anglais que parce-qu'ils sont sous domination anglophone. Mais c'est plus flateur pour eux de dire qu'ils prononcent "correctement".

Je rajouterai que la langue français à toujours adapté les mots étrangers qu'elle incorporait, au point qu'il est la plupart du temps impossible de les reconnaître. Cela lui a permis de garder une certaine homogénéité. Mais aujourd'hui, par paresse ou inconscience, les mots anglais sont incorporés tels quels sans modification d'écriture ou de prononciation, tendant à transformer le français en franglais. Si le français devient un "patois anglais", à quoi cela servira-t'il de l'apprendre ?

entre l'anglais au Qc et en France, c'est qu'au Qc, on utilise des anglicismes autant qu'en France, mais on ne les écrit pas...

Le fait de produire des publicites entièrement en anglais (Lufthansa dans le métro), d'avoir des noms de commerces en anglais (Michel Dupré Hair Styling and Fashion, Somewhere, Claire's, etc), d'utiliser des mots anglais dans les courriels, les correspondances officielles, personnelles et commerciales, de les accepter dans les dictionnaires, etc, fait que ces anglicismes sont légitimés par des institutions et que ça rentre facilement dans la culture.

Aussi, il ne faut pas oublier que le Qc est un territoire où la population de 7m est entouré de plus de 320m d'anglophones, cerné de tous les côtés par cette menace dite impérialiste.

C'est quoi l'excuse de la France ? Pourquoi les Français utilisent-ils, autant à l'oral qu'à l'écris, une quantité incroyable de mot en anglais ? Et souvent, ces mots sont mal utilisés (faire du footing: lire jogging) sans évidement mentionner qu'ils sont très mal prononcés. Comme le resto dans le Vieux Lyon qui vend du Chicken Fried...

Le Qc peut se targuer d'être bi-culturel de souche, même si les souverainistes ne veulent pas entendre parler de l'apport des Irlandais, Écossais et Anglais qui ont contribué à construire le Qc.

En passant, j'enseigne l'anglais en France et je ne croyais vraiment pas avoir à faire face au plus gros problème des Français avec l'anglais. Ils rêvent de le parler avec un accent impeccable, mais ils sont persuadés que c'est impossible, parce qu'ils sont Français. Ma mission première, en tant que prof, c'est de leur faire comprendre que comme n'importe qui sur la planète, ils peuvent apprendre à parler un très bon anglais.

Lorteuil> Ça va sûrement te paraître incroyable, mais les anglophones utilisent des tas de mots français. Cela fait-il de la langue anglaise un patois français ?