Sur le plateau Oh ! Oh !

  • Posté le : 18/03/2010 - 11:37
  • par : Yann

Je me permets de recycler exceptionnellement un billet que j'ai posté il y a un an sur mon autre blog impolitesses.net. Celui-ci me semble en effet avoir sa place ici et, surtout, illustrer à merveille l'état d'esprit de certains Français interviewés pour cet article de cyberpresse.

7h du matin

Une toune des cowboys fringants m'arrache des bras de Bianca Gervais. Je m'assois sur le rebord de mon lit et arrête mon iPhone. En regardant la date affichée sur l'écran à cristaux liquides, je ne peux retenir un sourire de satisfaction : Cela fait exactement un an que j'ai quitté mon appartement du XIème arrondissement de Paris pour m'installer à Montréal.

Comme chaque matin, j'ouvre le dictionnaire des expressions québécoises qui trône sur ma table de chevet à une page au hasard. Les yeux fermés je pointe celle que j'essaierai d'utiliser le plus souvent possible au cours de la journée. Aujourd'hui, c'est "la tête à Papineau". Je me lève et me dirige vers la salle de bain en traînant péniblement les pieds. J'ai vraiment la plotte à terre. Hier soir, comme chaque jour de la semaine, j'ai regardé 110% jusqu'à 22h en m'enfilant un bon demi-litre de Caribou. J'aurais pu me coucher immédiatement après, mais je suis tombé par hasard sur une chaîne du câble qui diffusait une émission de télé-réalité vraiment captivante. Je crois que ça s'appelait "La petite vie".

La demi-heure que je passe sous la douche en chantant des tounes de Céline Dion me reconnecte heureusement au monde réel. Ma toilette terminée, je retourne dans ma chambre et m'habille tranquillement en regardant "Salut Bonjour". Depuis que j'ai appris par la publicité que la plupart de ses fournisseurs sont Québécois, j'achète tous mes vêtements chez Walmart. C'est le moindre des services que je puisse rendre à ma terre d'accueil.

8h11
Je mets mon Kanuk, prends ma pelle et sors de chez moi pour affronter l'une des plus terribles tempêtes de l'hiver. Après avoir passé vingt minutes à déneiger ma Civic en pestant, je jette triomphalement la pelle dans le coffre et prends le volant pour me rendre à mon bureau qui se situe 300 mètres plus loin. Un coup d'oeil à ma montre me permet de constater que je suis un peu en avance. Je décide donc d'aller prendre mon café au Tim Hortons qui se trouve au coin de la rue.

Lorsque je pousse la porte, la serveuse du comptoir le plus proche me reconnaît immédiatement :
- Salut, Marc-André, qu'est-ce que tu prends aujourd'hui ? me demande-t-elle avec un sourire (j'ai changé mon nom "Stéphane Martin" en "Marc-André Tremblay" il y a trois mois afin de m'insérer encore mieux dans ma nouvelle patrie).
- Comme d'habitude, une tasse de votre excellent café et un Boston au chocolat, réponds-je en faisant bien attention à prononcer "boston" et non "bostonne".

Après avoir laissé deux dollars de tip à la serveuse, je m'installe à une table près de la vitrine. Quelqu'un a laissé sur une chaise un Journal de Montréal daté d'aujourd'hui. Je l'ouvre en me délectant d'avance. Lors de mon arrivée dans la Belle Province, j'ai immédiatement été séduit par ce quotidien que je trouve encore mieux écrit que le Parisien et France Soir réunis. Il est le seul à aborder les sujets qui concernent réellement les gens, comme la Menace Pédophile ou les déboires du Canadien. Vraiment pas le genre à se perdre dans des débats intello-gauchistes sur les vraies origines de la crise ou des problèmes environnementaux.

La rubrique que je préfère est la chronique du visionnaire Richard Martineau, qui est capable de dégager un phénomène de société du moindre fait divers. Le seul qui puisse l'égaler est Stéphane Laporte quand il s'en prend aux hosties de Français arrogants. Attitude que je comprends d'ailleurs parfaitement car nous sommes bien peu à mériter de nous faire aimer par les Québécois.

8h28
Mon déjeûner englouti, j'arrive au bureau et m'installe dans un cubicle de la compagnie où je travaille à mi-temps comme télémarketer. Mon rôle consiste à vendre par téléphone des abonnements pour le journal La Presse en faisant croire aux prospects que je suis tombé sur eux par erreur en appelant un Monsieur Smith. J'ai décroché cette job à peine trois mois après être arrivé dans la Belle Province. Ça prend pas la tête à Papineau pour y voir une preuve que l'on peut trouver un emploi intéressant au Québec même si on est fraîchement immigré.

Contrairement à de nombreux Français qui se plaignent qu'on ne leur apporte pas immédiatement la job de leurs rêves sur un plateau d'argent, je me donne à mon métier avec passion. Chaque appel est un nouveau défi dans lequel il faut s'adapter à son interlocuteur. La moindre erreur ou hésitation peut avoir des conséquences dramatiques. C'est bien plus riche que l'emploi de chirurgien aux urgences que j'occupais en France. Le seul inconvénient est que mon salaire a été divisé par quatre, mais la vie est tellement moins chère ici...

10h
C'est la pause. Je quitte mon poste de travail pour m'offrir un petit café. À côté de la machine, quelques personnes discutent de l'hypocrisie avec laquelle les Européens condamnent la chasse aux phoques. Je me joins immédiatement à la conversation pour expliquer combien je me sens proche des préoccupations des chasseurs. Je suis pas la tête à Papineau, mais tuer un phoque à coup de gourdin, c'est un peu comme vendre un abonnement de 24 mois à La Presse à un BS. Ça peut paraître cruel mais c'est bon pour l'économie. Il semble malheureusement que j'arrive à la fin de la conversation puisque le groupe se disperse à mon arrivée. C'est curieux, mais depuis que j'ai affirmé que les préjugés sur l'hygiène des Français étaient en bonne partie justifiés, j'ai l'impression que plusieurs de mes collègues m'évitent.

12h
C'est l'heure du dîner. J'ouvre ma boîte à lunch et sors ma can de racinette et la poutine aux cretons que je me suis préparée hier. Les deux collègues québécois à côté desquels je m'assois après l'avoir réchauffée font une mine étrange. Ils ne doivent pas avoir l'habitude que des Français s'adaptent aux Québécois jusqu'à suivre leurs habitudes alimentaires. Je m'ennuie un peu pendant le repas. Bien que mes collègues soient francophones, ils parlent systématiquement en anglais quand je suis là. Ils devraient pourtant savoir que j'ai du mal à comprendre. De toute façon, il est hors de question que j'apprenne la langue de l'envahisseur. Ce serait un manque de respect pour ma culture d'accueil.

12h54
Alors que je m'apprête à rejoindre mon cubicle, j'ai le malheur de croiser un "compatriote" qui vient tout juste de débarquer à Montréal. À chaque fois que je le croise, il trouve le moyen de se plaindre de quelque chose. La semaine dernière, c'était parce qu'il avait cassé son essieux dans un nid de poule du centre-ville. Aujourd'hui, il s'insurge d'avoir passé son week-end à attendre aux urgences pour qu'on lui soigne son bras cassé. Je n'en reviens pas que l'on puisse se montrer aussi râleur, ingrat et intolérant. Quand on s'installe dans un pays, la moindre des choses est de s'adapter aux coutumes locales !

1h-2h de l'après-midi
Je ne travaille qu'une heure après la pause dîner. Cet emploi du temps ne m'arrange pas vraiment mais je n'ai pas voulu le dire à mon patron de peur de passer pour un chialeux. L'après-midi se déroule sans incident notable, à part un prospect énervé qu'on l'ait appelé pour la septième fois en une heure et qui, sous le coup de la colère, m'a traité de "d'hostie de maudit français à marde". Je ne me formalise pas de ce sobriquet. Je sais que c'est une manière un peu maladroite qu'ont certains Québécois de nous témoigner leur affection.

2h57
J'arrive à mon rendez-vous chez mon orthophoniste. J'ai commencé à suivre des séances il y a deux mois après avoir réalisé que je ne parlais pas du tout le français correctement. Au-delà des anglicismes typiques de mon pays natal que je m'efforce chaque jour de bannir de mon vocabulaire, j'ai remarqué que je disais par exemple "maudit" au lieu de "maudzit", "vert" au lieu de "vaert" et "beurre" au lieu de "bâââeu". Ça prenait pas la tête à Papineau pour décider qu'il fallait d'urgence redresser la barre. Je m'y emploie en travaillant deux heures par jour ma prononciation avec un spécialiste et en écoutant régulièrement sur mon iPhone les podcasts de Radio Canada et de Sylvain Grand’Maison afin de travailler mon oreille.

5h14
En sortant de chez l'orthophoniste, J'appelle ma blonde québécoise pour lui demander si elle veut bien venir dormir chez moi ce soir. Elle me répond que ce n'est pas possible car elle doit s'entraîner au gym jusqu'à 22h et qu'elle sera trop fatiguée après. Ça risque aussi d'être dur demain car elle a une réunion avec ses amies féministes, mais elle promet d'essayer de me garder un créneau pour dans trois jours. J'adore le caractère indépendant de cette fille. Quand j'ai commencé à sortir avec elle il y a quelques mois, je venais juste de rompre avec ma compagne française après dix ans de relation. Ça avait été une décision difficile, mais je ne pouvais plus vivre avec cette femme qui n'avait pas su s'adapter au Québec aussi rapidement et aussi facilement que moi, au point qu'elle n'arrivait même pas à rire des gags d'Éric Salvail.

Avec Geneviève, je découvre vraiment un autre monde. C'est grâce à elle que j'ai compris que mon refus de mettre un "E" majuscule à la fin des noms de professions pour signifier qu'elles pouvaient être exercées par une femme témoignait chez moi d'un machisme refoulé. C'est aussi elle qui m'a convaincu que regarder des films pornos était aussi ignoble que de payer une prostituée et de disperser ses restes dans un terrain vague après l'avoir égorgée. J'espère vraiment que j'arriverai à la voir cette semaine.

6h09
Je rejoins mes cheums du Parti Québécois au restaurant La Belle Province où nous nous sommes donnés rendez-vous. Nous avons prévu de souper tous ensemble avant de nous rendre à la causerie organisée par notre mouvement sur le thème "Comment un État québécois souverain serait plus en mesure de juguler les effets dévastateurs du réchauffement climatique". Il m'a fallu du temps pour me faire accepter par ce groupe. Quand j'ai pris ma carte de membre, beaucoup de mes camarades ont trouvé suspect que je m'investisse dans la lutte pour l'indépendance seulement trois jours après être arrivé au Québec. Leur incrédulité a encore augmenté lorsque j'ai dit que je trouvais Pauline Marois très sympathique et proche du peuple. Aujourd'hui, ils ont heureusement compris que mes paroles étaient sincères, et ils ne s'étonnent même plus de ma tendance à parler des Québécois à la première personne du pluriel et des Français à la troisième. Avec un peu de patience, je suis sûr qu'ils m'inviteront même au party qu'ils organisent entre eux et qu'ils me cachent encore par pure timidité.

8h47
Galvanisé par le passionnant débat auquel je viens d'assister, je rentre enfin chez moi, la tête pleine de rêves de liberté et quelques Molson Export dans l'estomac. Il y a une enveloppe dans ma boîte au lettre. C'est la clinique qui me confirme la date de rendez-vous pour ma vasectomie. Je m'affale sur le canapé du salon et jette un oeil sur le calendrier punaisé au mur, à côté de la TV.

Ciboire, Un an !

Un an que j'ai quitté sans regret le pays laxiste liberticide socialiste ultra-libéral qui m'a vu naître.

Un an que je gomme patiemment toutes les traces de ma francitude qui me font profondément honte et que l'arrivée au pouvoir de Monsieur Sarkozy me rend à peine plus tolérables.

Un an que je m'intègre avec enthousiasme dans cette incarnation de la perfection que représente pour moi la Nation Québécoise.

Le bilan serait complètement positif si deux êtres ne me ramenaient pas cruellement à mes origines. Car si j'ai réussi sans problème à purger mon carnet d'adresse de tous mes anciens amis français, je sais que je suis trop lâche pour exclure mes parents de ma vie.

Leur accent pointu me taillade les entrailles à chaque fois qu'ils me parlent sur Skype.

L'idée de devoir régulièrement leur rendre visite au pays des grèves et de l'antisémitisme me déprime complètement.

Heureusement, ils sont vieux. Ils devraient bientôt mourir.

Commentaires

La narration est ton point fort...euhhhhhhh excusez-moi, votre point fort... Cet article m'a beaucoup fait sourire. Je ne manquerai pas d'ajouter le lien de ce site sur le mien en passe de naître : mauditfoq.com. Bien à vous/toi

Est-ce que c'est une blague ? J'ai lu le début et j'espère. Acheter ses choses au Wal-Mart car ils «achètent» au Québec ? NON MAIS TIENS TOI AU COURANT !

Oui, c'est une blague. Tu peux dépomper. Rassure-moi : c'est pas la seule chose qui t'ait choqué ?

J'ai beaucoup ri en vous lisant.
Je vis au Québec depuis presque 10 ans.
Il y a un «zeste» de cynisme dans votre article mais la caricature est super !
L'humour est la meilleure façon de neutraliser l'adversité :)

À quand un livre? Je suis Québécois maintenant à New York et ça m'a bien fait rire! De la poutine aux cretons en boîte à lunch, très fort!

'' suspect que je m'investisse dans la lutte pour l'indépendance seulement trois jours après être arrivé au Québec ''

MDR !

Très rare que j'aime les blogs/récits personnels... Mais la, tu-as le ton de la franchise. Ton ex, le PQ, l'antisémitisme, la tête à Papineau, etc... Je t'adopte ! loll

bel emploi, je suis jaloux!

... et quelle plume!

Je viens de découvrir ton blog : j'adore! Tu as vraiment de grandes qualités rédactionnelles et le contenu est délicieusement cynique!

OMG tu devrais écrire un livre. C'est trop bon

J'adore ton humour ! :D

Je suis en retard de quelques années, mais ce passage vaut de l'or! :

« Je suis pas la tête à Papineau, mais tuer un phoque à coup de gourdin, c'est un peu comme vendre un abonnement de 24 mois à La Presse à un BS. Ça peut paraître cruel mais c'est bon pour l'économie. »

Trop drôle et très vrai (malheureusement)