In memoriam

  • Posté le : 13/09/2011 - 18:04
  • par : Yann

Avec quelques jours de décalage, je me dois de célébrer la mémoire d'un évènement historique qui a transformé à jamais le visage de l'Amérique du Nord. Le 15 septembre 2006, cela fera en effet cinq ans que je suis installé au Québec en tant que résident permanent.

Selon la tradition, je devrais sans doute m'adonner à un examen détaillé de ce qui s'est amélioré ou a empiré dans ma vie depuis que j'habite à Montréal, pour déboucher ensuite sur un bilan plus ou moins positif de mon aventure selon que je souhaite encourager ou dissuader mes compatriotes de suivre ma voie. Je m'abstiendrai toutefois de cette tentative de manipulation. D'une part parce que j'ai le leadership d'une huître, et d'autre part parce que ces cinq années m'ont fait comprendre que le fait de se trouver bien ou non dans un pays étranger dans lequel on s'installe dépend principalement de la subjectivité de chacun.

Je me rends compte que depuis que j'ai décidé de m'installer au Québec, j'ai croisé de nombreux experts auto-proclamés en immigration ou en philosophie de la vie : futurs, anciens ou pas immigrés, globe-trotters ou sédentaires, retournés en France ou restés au Québec, aigris ou hébétés… Beaucoup m'ont donné de nombreux avertissements et suggestions que j'avais rarement sollicités, me prouvant qu'ils avaient raison à grand renfort de statistiques divines, de modèles implacables et d'exemples précis. Cinq ans après, je constate que la plupart des pronostics qu'ils avaient fait sur ma personne étaient complètement erronés.

Je me sens bien aujourd'hui à Montréal, mais je comprends parfaitement que d'autres personnes ne puissent pas supporter cette ville. J'ai du mal à garder mon calme lorsque des immigrés déçus de leur expérience se mettent à cracher sur le pays entier ou sur ses habitants au lieu d'analyser leur situation, mais je ne supporte pas non plus ceux qui voient leur terre d'accueil comme le paradis ultime et balancent des leçons d'intégration à la moindre personne qui signale que tout n'est pas rose.

Devant la foule implorant que je partage malgré tout une parcelle de la sagesse céleste que j'ai acquise durant ces cinq années d'immigration au Québec, je donnerai cependant les trois conseils suivants : énormément se documenter avant de commencer les démarches d'immigration, ne pas dramatiser les problèmes qui ne manqueront pas d'apparaître et accepter de faire des erreurs puisque c'est comme ça qu'on apprend. Bonus : marche aussi pour les autres pays.

Commentaires

Peut-être aller vivre un peu partout ailleurs.

C'est dommage que ça coincide pas avec la date fatidique! :) En tout cas, nous à Montréal, on est bien contents de vous avoir, toi et Isis! :)

Montréal ne se compare pas à beaucoup de ville dans le monde, elle est plutôt unique, et elle ne représente pas du tout le reste du Québec! :) Moi je l'adore, mais il y en a qui déteste. On pourrait peut-être dire aux immigrants qu'ils essaient une autre ville avant de venir ici aussi! ;) C'est pas vrai que tous les emplois s'y trouvent, pour ça, faut aller à Toronto! Alors, pourquoi ne pas essayer Trois-Rivières, Chicoutimi, Granby, Sorel, Québec, Sherbrooke!

Je ne pense pas qu'une ville puisse plus représenter le Québec qu'une autre. Chacune à ses particularités. J'apprécierais de pouvoir essayer de vivre dans d'autres villes de la province (et même du Canada) mais je pense que Montréal me convient mieux pour le moment pour de nombreuses raisons bassement matérielles.

Ce que j'aime chez Montreal ? elle est comme une belle fringue vintage. cheap et de qualite. par contre Vivre sur la "West Cost" que ce soit du Canada ou des USA., C'EST LA RUINE. Je me suis faite plumée sévère a Vancouver. Faut aimer aussi l'ambiance étudiante fofolle a MTL. A part ca c'est comme toutes les villes occidentales... on aime ou on aime pas :)

Si j'en crois ce que j'ai lu sur New York, pour être un vrai New Yorkais, il faut que tu y habites pendant 10 ans. Alors j'applique ce principe et je te dis, plus que cinq autre années et tu pourras te considérer un "vrai" Montréalais ;)

Re-bienvenue dans ta ville d'adoption. J'y suis depuis 16 ans et je la défends comme si cétait ma femme!

Hmm... attends, je dis n'importe quoi, ça fait 10 ans que tu es là (désolée, je suis fiévreuse et donc un peu lente aujourd'hui.) Alors je te donne ta carte officielle de "vrai Montréalais"! ;)

Magenta : Pour être précis, ça fait un peu plus de six ans cumulés que je vis à Montréal : un an en programme d'échange étudiant et cinq en tant que résident permanent. J'ai passé quatre ans à Paris entre ces deux séjours. Il va falloir que j'attende encore un peu pour avoir ma carte :-).

Pour ma part, ça fait 30 ans que je vis à Montréal, je me considère comme une vraie Montréalaise! :) Venant de la banlieue, ce qu'on appelle ici la banlieue, pour vous autres, ça serait peut-être plus la campagne! :) Je viens des Basses-Laurentides et toute mon adolescence, je rêvais de Montréal, on y venait en autobus en groupe de filles et on se promenait, on se sentait en voyage! :)

Je trouve que Montréal offre beaucoup, il y a tellement de quartiers différents, c'est une grande ile aussi! :) On finit toujours par y trouver son compte. Au Québec, je ne sais vraiment pas si je pourrais vivre ailleurs, même Québec, ce n'est pas une ville qui m'attire. S'il y avait du travail, j'irais en Gaspésie ou dans le Bas-du-fleuve, mais les hivers y sont rudes! Et j'aime pas l'hiver, tout le monde sait ça! :)

Les seules autres villes où j'aimerais vivre sont situées en Australie! :) La première, ça serait Darwin, une ville fantastique, une ville sans gratte-ciel, à dimension humaine, direct sur la mer. Une ville qui a gardé un côté "hippie", baba-cool...une ville pour les vacances éternelles! :) J'espère un jour y prendre ma retraite.

Comment vous dire.. je suis arrivé ici une année après vous.
Je viens de vous lire, page après page...
et je suis effaré, abasourdi, de votre suffisance..Mais je me trompe sûrement dans vos intentions d’être le guide suprême.
Une méprise de votre part sans doute..

Chevaillot : Vous devriez lire encore quelques pages. Ça vous permettra peut-être de formuler des critiques un peu plus précises.

Je site :

" C'est pas vrai que tous les emplois s'y trouvent, pour ça, faut aller à Toronto! Alors, pourquoi ne pas essayer Trois-Rivières, Chicoutimi, Granby, Sorel, Québec, Sherbrooke! "

Je suis de Québec et j'ai un pied à terre à Montréal . En effet , particulièrement les français ont avantage à visiter plus le Québec ( comme le font les touristes français ) . Le problème de langue qu'ont d'autres immigrants en région vous ne l'avez pas , actuellement le chômage et nettement plus bas qu'à Montréal dans divers régions et les opportunités sont nombreuses . Et puis qu'on on a fait 6 H 00 d'avions pour venir au Québec ...deux heures d'auto c'est pas beaucoup .

Les régions sont tel assez connues , les opportunités qu'elles représentent , la qualité de l'accueil

À vous de nous le dire et on tentera de faire de notre mieux