Ceci n'est pas un billet sur l'activisme cave

  • Posté le : 03/07/2015 - 11:13
  • par : Yann

Dans mon précédent billet consacré à un acte de vandalisme féministe dans mon quartier, j’annonçais un futur texte sur l’activisme cave. J’y ai cependant renoncé pour un motif simple : la lâcheté.

Si j’avais eu le courage de lancer ce brulot qui me consume les doigts, j’aurais commencé par réaffirmer la légitimité et la nécessité du combat féministe au Québec et dans le monde. J’aurais rappelé que malgré quelques victoires récentes, telles que le droit de voter pour des escrocs ou de se faire exploiter au travail en plus du foyer, les femmes sont encore victimes de nombreuses injustices : iniquité salariale, harcèlement sexuel, sous-représentation dans les instances décisionnelles, pression sur l’apparence physique, etc.

Malheureusement, des activistes caves auraient dénoncé cette introduction comme un moyen d’endormir la méfiance du lecteur avant de me lancer dans ma diatribe patriarcale.

J’aurais poursuivi mon texte en expliquant que la majorité des militants ont la tête sur les épaules, et que je suis uniquement en colère contre les personnes qui entrent dans la lutte féministe en laissant leur cerveau sur le perron. Celles qui ont défilé contre un show de Mike Ward en l’accusant de sexisme pour une blague de fellation, celles qui organisent des manifestations interdites aux hommes au motif qu’ils vont forcément jouer les chefs, celles qui ont défendu la charte des valeurs québécoises comme s’il s’agissait d’autre chose que de la manipulation politique, celles qui ont voulu faire licencier un gars à une ancienne job, parce qu’il venait de rompre avec une collègue, et que cette dernière n’était « plus capable de travailler dans le même espace ».

Malheureusement, des activistes caves m’auraient répondu que mon utilisation du terme « militants » est sexiste, et que j’aurais dû écrire « militants et militantes », ou pire « militant.e.s » ou encore pire « militantEs ». Que ce manque d’adhésion à la rectitude syntaxique en dit long sur les valeurs machistes dont je suis imprégné sans le savoir. Pis on se serait obstinés là-dessus au lieu de parler de mes exemples.

J’aurais également fait une liste des discours contradictoires qui nuisent à la cause féministe au lieu de la servir : défendre le droit des femmes à contrôler leur vie, mais les considérer comme des brebis égarées quand elles choisissent de leur plein gré de se maquiller, porter le voile, s’occuper à plein temps de leurs enfants ou vendre des services sexuels ; dénoncer les stéréotypes de douceur que la société impose à la femme mais considérer tous les hommes comme des agresseurs ou violeurs potentiels ; lutter contre les discriminations, mais rejeter toute critique provenant d’un « homme cis blanc ».

Malheureusement, des activistes caves m’auraient approuvé, en disant que la société est sous l’emprise des feminazis et que nous devons nous battre pour la survie des mâles dans le monde.

Et s’il y a une chose qui me déprimerait encore plus que de m’engueuler avec des féministes, c’est de me faire soutenir par des masculinistes.

Bonus : Une vidéo en anglais pour les femmes qui prétendent ne pas être féministes.

Commentaires

Merci pour la découverte de ce vidéo, j'ai beaucoup rigolé :)