Grincements dedans

  • Posté le : 08/01/2007 - 18:32
  • par : Yann

A peine deux semaines après avoir emménagé dans notre nouvelle demeure de la Côte-des-Neiges, Io et moi avons dû subir plusieurs fois par jour des séances de grincements inopportuns provenant de l'appartement du dessus. Ces bruits désagréables se propageaient sur la totalité du plafond, n'épargnant aucune pièce où l'on pourrait y échapper. Certaines fois, cela ne durait que cinq minutes, mais d'autres, la nuisance sonore ne s'arrêtait qu'au bout d'une demi-heure. Au départ, ces craquements ont surtout éveillé notre curiosité. A quelle activité mystérieuse pouvaient bien s'adonner nos voisins pour générer un tel son ? Plusieurs de nos amis à l'esprit impur ont émis quelques hypothèses salaces, mais nous les avons prestement écartées. L'intervalle entre chaque craquement était si régulier, le rythme tellement précis qu'il ne semblait aucunement le fruit d'activités fortement condamnées par le pape en dehors des liens sacrés du mariage. Quand bien même ce serait le cas, l'ennui généré par une telle monotonie aurait fatalement conduit les protagonistes à se lasser, et finalement abandonner ces pratiques. Or, plus le temps passait, plus ces intermèdes bruyants revenaient fréquemment, commençant parfois à trois heures du matin. Bien vite, nos interrogations ont laissé place à l'agacement, puis à une horripilation extrême. Pour nous, il ne faisait désormais aucun doute que nous étions victimes d'une espèce de stakhanoviste des abdominaux qui s'adonnait dans répit à de longues séances de rameur d'appartement. Cette personne devait vraiment avoir du mal à accepter son corps pour se livrer à cette activité avec tant d'opiniâtreté, à toute heure du jour et de la nuit. La compassion que nous ressentions à l'égard d'une personne à ce point esclave des apparences n'arrivait néanmoins nullement à contrebalancer l'exaspération qu'elle avait provoquée en troublant notre sommeil pendant plusieurs semaines. J'ai fini par craquer un soir de décembre vers 23h, lorsque les couinements du plafond tant redoutés se sont manifestés une fois de trop. Abandonnant le clavier de mon MacBook, j'ai fermement gravi les marches qui mènent à l'étage supérieur, avant d'aller sonner chez notre voisin du dessus. J'essayais toutefois de respirer lentement afin de garder mon calme, d'une part parce que la personne n'avait pas forcément conscience du bruit qu'elle faisait, et d'autre part parce que sa ténacité laissait supposer qu'elle possédait des abdominaux en kevlar et les biceps à l'avenant. Deux bonnes raisons de ne pas se montrer agressif. Alors que j'imaginais que j'allais tomber sur une réplique de Chuck Norris, c'est une femme d'une quarantaine d'années au regard étonné qui m'a ouvert sa porte. Sans avoir les mensurations de Pavarotti, elle ne collait pas vraiment à l'idée que l'on se fait d'une personne se livrant à des exercices de musculation intensive, pas plus que sont mari qui me regardait avec un air ébahi. Sachant qu'il ne faut pas se fier aux apparences, j'ai quand même essayé de tirer les choses au clair : - Bonsoir, excusez-moi de vous déranger. J'habite dans l'appartement du dessous, et je me demandais si le bruit que nous entendons vient de chez vous - Quel bruit ? - Des grincements, comme si quelqu'un faisait du rameur. Le couple semblait sincèrement ne pas savoir de quoi je parlais, et j'ai pensé que je m'étais trompé d'appartement. Cependant, mon interlocutrice a soudain eu l'illumination : - C'est mon mari qui berce le bébé ! Si j'étais nouveau à Montréal, je me serais sûrement demandé si elle me prenait pour un idiot, mais je sais combien l'isolation phonique des logements peut être catastrophique. Heureux d'avoir enfin localisé l'origine de ce bruit irritant, j'ai donc gentiment suggéré a mes voisins de mettre un tapis sous le lit de leur progéniture, ce qu'ils ont accepté, puis j'ai pris congé en m'excusant une nouvelle fois de les avoir dérangés. Heureusement que je ne me suis pas énervé après eux dès qu'ils m'ont ouvert. J'aurais eu l'air malin.

Commentaires

Ah voui... le voisin du dessus! Ca fait tellement longtemps que j'ai choisi d'être bourreau plutôt que victime que... j'avais oublié... :-) Plu-ja-mai-ca!!! 3 mois de patience, c'est fort, n'empèche! J'ai les des amis d'amis qui ont acheté un appart la peau du cul sur le plateau. Et ils se sont rendus compte assez rapidement que l'étage au dessus d'eux était 1) habité par une jeune dame marchant vigoureusement avec des talons, le matin, le soir, la nuit, 2) leur plafond était mal insonorisé ... Après rupture des négociations, aux dernières nouvelles ils venaient d'acheter une pierre à aiguiser et une hache! À part cette regrettable exception, une des choses que j'adore ici, ce sont les relations entre personnes: calmes et sereines. Et pouvoir se parler civilement entre voisins, prendre soins les uns des autres, sans coup de calcaire ou de brouilles décénales, c'est quand même super top...

Si tu avais emmenagé plus tôt, tu aurais certainement entendu les grincements du lit. :)

ha ha ha Et bien dis donc ! Tu nous as tenus en haleine jusqu'au bout ! ;-) Mais c'est vrai que la plupart des maisons construites avant 1980 sont une vraie merde au niveau isolation. Au fait, t'es où sur la côte des Neiges ? En face du cimetière ?

Heureusement que tu ne t'es pas énervé d'entrée, il paraît que nous, les maudits français, on a la réputation de ne pas savoir se comporter avec les voisins car on commence toujours par gueuler au lieu de discuter. Je suis fière que tu aies participé à contredire les maudits québécois ! ;-) Sandra

Moi aussi ça m'a tenu en haleine, par contre... je ne suis pas persuadée qu'il berce le bébé à partir du lit... j'ose penser que tu connais les chaises berçantes? Il est vrai que ça peut générer un bruit agaçant et qu'un petit tapis dessous devrait faire l'affaire. ;) J'espère qu'ils ont pris ta suggestion en compte :)

Bon je sais que je suis hors contexte, mais est-ce que s'embrasser entre homme (mise à part les gais) est fréquent en Europe? J'ai vu deux Français (ou du moins d'origine européenne) qui s'embrassaient presque sur la bouche dans un bar. Disons que j'ai été pas mal surpris...Mais bon, autres pays autres moeurs!

!Béo!> Si tu parles de ce que nous appelons en bon français un rocking-chair, je connais, mais à ma connaissance, on ne l'utilise pas avec un bébé seb> Non, ce n'est pas fréquent. Les deux Français que tu as vus devaient être gais ou saouls :-) .

Total solidarité avec vous!
Mes voisins du dessus se sont temprairement calmés après une intervention du syndicat, eux ne bercent pas de bébé, lesdites progénitures ayant entre 5 et 11 ans a vue de nez, mais on dirait qu'elles ont des pieds en bois! Des fois, c'est moi qui ait envie de monter, pour les bercer, très près du mur!
Courage!

Pour la chaise berçante (ou rocking-chair), je pense que chaque foyer québecois en a au moins une, juste à coté du Elran...
Quand aux deux français qui s'embrassaient, Si c'était sur la bouche (se frencher en québécois hihihihi) ils devaient effectivement être gais ou saouls`. Si ce n'était pas sur la bouche, ce sont peut-être des frères ou des cousins.
selon les régions en France (et les familles), on s'embrasse entre hommes de la même famille. Personnellement, je ne me vois pas serrer la main de mon frère.

Ian> merci Ian de cette éclaircicement!

Phil> Vois-tu, je ne me vois pas embrasser mon frère ni mon père!

Ian, mais bien sûr qu'on s en sert pour bercer les bébés! En fait on les prends sur soi et on se berce ensembles mais dans le language courant au Québec: on dit bercer le bébé dans un tel cas de figure. Sinon; il s'agit peut-être d'un ber... petit berceau en bois pour bébé naissants. ;)

Au fait, à quelle adresse email peut-on vous rejoindre ?

Bruno> ian suivi de @ puis de mauditfrancais.com Désolé de ne pas donner l'adresse sous un format plus simple, mais les robots des spammeurs seraient trop contents. J'avais un formulaire de contact, mais il ne fonctionne plus pour une raison inconnue. Il faudrait que je regarde ça.

Bien le bonjour, Etant moi-même une maudite française depuis fin août, je suis tombée par hasard sur ton blog, et je me suis empressée d'aller voir tes archives d'etudiant fraichement installé à l'époque. Suivant à peu près le même parcours, étudiante à l'UdeM, galère pr trouver un logement (mais j'ai opté pour la colocation, désireuse de vivre au contact direct de l'autochtone, et accessoirement de m'éviter aussi toutes les galères liées à un emménagement solo), et même découverte des urgences de l'Hopital Juif un mois après mon arrivée pr blessure de guerre au pouce, le maniement de l'"exacto" est un sport à part entière que je ne maîtrise pas tout à fait. Je ne t'enverrais pas la photo ms je peux d'or et déjà t'annoncer que je te bats à plat de couture (8 points de suture et à partir de ce jour j'ai définitivement le québec dans la peau) pour seulement 4h passées à l'hopital (on m'a dit que j'avais été chanceuse, apparemment oui). Enfin bref, tout ça pour dire que ton blog m'a beaucoup fait rire. Rassurée un peu je suis, l'hiver a l'air surmontable puisque tu y reviens (à moins que je n'ai manqué le passage où tu faisais clairement état de ton masochisme) mais bon, après tout je le savais en venant alors ya plus qu'à assumer. En tous cas je vous souhaite à vous 2 une très bonne continuation en pays poutineux (c'est réducteur je sais).

desolee j'ai peut etre rate un episode mais avous avez demenage ??? pourquoi ?

Clo> Euh non, pourquoi ?

Truc de l'indigène> (Valide pour les habitants du quartier Côte-Des-Neiges) Si vous devez aller à l'urgence, allez à celle de l'hôpital Ste-Mary's (sur Lacombe près de Côte-Des-Neiges). C'est un petit hôpital peu connu avec des temps d'attente à l'urgence beaucoup moins élevé que le Jewish Hospital (autour de 2 heures)...

seb> pour avoir un père qui sans être hypocondriaque a quand même fait le tour de presque tout le réseau de santé Montréalais, l'Hopital Juif reste quand même un de ses points de chute préféré... A éviter: totalement, absolument: Verdun, mais c'est normal: c'est des pauvres! ;-)...

re-seb> Connaissait pas le Ste-Mary, merci... même si j'ai pas hâte d'aller l'essayer! (moi, proche du sacré coeur, il parait que c'est la cata pour l'attente aux urgences). Et Je ne me vois *vraiment* pas serrer la main de mon frère ou de mon père... d'ailleurs, je crois qu'ils se demanderaient ce que j'ai fumé si je faisais ca!!! :-)

Camille> te fie pas trop sur celui-ci d'hiver: c'est un malformé, 'vont le renvoyer au magasin... Mais c'est p't'être pour pas que tu partes en courant aussi... tu sais, pour appater!!! Me suis laissé dire que le nouveau arriverait mardi ou mercredi... en tout cas, mon baromètre poilu est formel: il va faire frette! Il arrête pas de bouffer, le gueux!

JC>Je viens de voir un film français ce soir dans lequel un fils (de 30 ans) embrasse son père (ce n'était pas un film de science-fiction)

Sérieusement,je ne vois vraiment (mais pas pentoute) embrasser mon père. Je pense que j'aurais un blocage

Pour ce qui est de la température, elle semble revenir à la normal (pasla c*** de m*** qu'on avait)Je vais pouvoir sortir mes patins (yesss!) Rien de tel qu'une bonne game à -15 pour vous mettre de bonne humeur!

J'arrive en retard, mais je suis tout ce qu'il y a de plus "pure laine" comme québécois et j'embrasse toujours mon frère et mon père. Donner la main je trouve ça.... froid.