Maudit Français

Le téléphone pleure

15h20, le grésillement de l'interphone retentit dans mon entrée. L'écouteur étant une fois de plus défectueux, je me résous à pousser le bouton déverrouillant la porte d'entrée et j'ouvre celle de mon appartement. Un homme d'une trentaine d'années se plante devant moi. Il arbore un complet impeccable et une tête de premier communiant. Mauvais signe.

- Bonjour, je m'occupe de la téléphonie dans les appartements. J'aimerais discuter de votre abonnement téléphonique.

  • Vous êtes de quelle compagnie ?
  • Rogers. Je voulais vérifier si vous étiez éligible pour une réduction de 60%.
  • Je suis désolé, ça ne m'intéresse pas.
  • D'accord, pas de problème. Vous êtes chez Bell ou chez Vidéotron ?
  • En fait, je n'apprécie pas du tout le démarchage à domicile ou par téléphone.
  • D'accord, pas de problème.
  • Au revoir.
  • Au revoir.

Il note un truc sur un bloc-note tandis que je ferme la porte.

Le succès est total. Je me suis débarrassé rapidement d'un importun, il n'a pas réussi à me soutirer la moindre information exploitable commercialement, et surtout, je ne l'ai pas tué.