Maudit Français

Français en difficulté, gros préjugés

illustration

Il y a quelques semaines, le magazine Marianne a reproduit sur son site web un billet du blog L'Hérétique qui explique qu'un couple de Français installé au Canada s'est vu refuser son renouvellement de permis de travail. Le gouvernement justifie sa décision en disant que leur fille handicapée représente une charge financière trop lourde pour la société canadienne. L'histoire est d'autant plus absurde que les deux Français ont suffisamment d'argent pour prendre en charge tous les soins médicaux de leur fille et se sont engagés à le faire. Bien que je partage la révolte de l'auteur, cette phrase m'a vraiment fait sortir de mes gonds :

"Les Canadiens sont favorables, d'après un sondage, à 70 % au rétablissement de la peine de mort, comme le rapporte le Scriptorium. A quand une majorité pour euthanasier les handicapés ?"

Premièrement, cette affirmation est fausse. D'après le sondage cité, ce n'est pas 70 % mais 62 % des Canadiens qui sont pour la peine de mort. Le seul chiffre que j'ai trouvé qui ressemble à celui énoncé est le 69 % de Québécois favorables à cette peine. Ce ne serait certes pas la première fois qu'un Français confond les paliers provincial et fédéral, mais l'auteur prouve qu'il est parfaitement conscient de cette nuance en disant que "Le Québec était pourtant tout prêt à les accueillir, mais l'échelon fédéral en a jugé autrement." Prendre des chiffres peu flatteurs du Québec, considéré comme le gentil de l'histoire, pour les attribuer au méchant Canada est un procédé plus que troublant.

Deuxièmement, l'auteur fait des rapprochements entre des sujets qui n'ont rien à voir entre eux : le refus d'un permis de travail pour un motif discutable et la peine de mort (les trois Français ne risquent pas la mort en rentrant en France, du moment qu'on ne leur fait pas prendre le Concorde) ; une décision du gouvernement canadien avec l'ensemble de la population canadienne (pour information, le parti conservateur actuellement au pouvoir n'a obtenu que 37,7 % des voix).

Ces associations absurdes ne pouvaient déboucher que sur une troisième aberration : émettre l'hypothèse que les Canadiens pourraient être favorables à l'euthanasie des handicapés. Je comprends qu'on puisse être choqué par la décision du Canada, mais il faudrait garder un léger sens de la mesure. J'imagine le scandale en France si un magazine canadien usait de la même rhétorique : "La France interdit le mariage aux homosexuels et expulse en masse les immigrés vers leur pays d'origine en guerre. À quand une expulsion des homosexuels français vers les pays en guerre ?"

Mise à jour

Malgré tout le mal que l'Hérétique voudrait que nous pensions des Canadiens, au moins deux médias locaux ont déjà pris la défense du couple français.